entre prise de pouvoir et risques juridiques

Le Bim, et plus largement le numérique, représentent une opportunité formidable pour les architectes ; mais cela les expose également à des risques qui doivent être traités et bordés. C’est, en résumé, le contenu des échanges qui se sont tenus, au siège du Conseil régional de l’ordre des architectes d’Île-de-France (Croaif), en février 2019. « Il ne faut pas se poser la question d’y aller ou pas : le numérique, on a tout à y gagner ou tout à y perdre », pose Thibaut Robert, architecte. « C’est une solution géniale, qui permet de démultiplier la puissance intellectuelle, la créativité, la rigueur, en échangeant avec tous ses partenaires. »

 

Un coût évalué à 2,33 euros l’heure

 

Pour l’architecte, le Bim a pour premier mérite de déphaser le travail de conception. « Le numérique nous affranchit de la contrainte de la taille du projet ou du type de projet. Il permet également de s’affranchir des phases : on peut, sur le même outil, raisonner largement…

Lire la suite

/* ]]> */