« Nos villes intelligentes et écoquartiers sont fabriqués en Chine », G.Pitron

Et si la transition énergétique et numérique était une gigantesque opération de green-washing ? Dans un livre remarqué, intitulé La Guerre des métaux rares (éditions Les liens qui libèrent), le journaliste Guillaume Pitron révèle, en quelque sorte, la face cachée de ce que nous qualifions de « développement durable ». Au cœur du non-dit : le marché des métaux rares, dont les nouvelles technologies (voitures électriques, téléphones portables, objets connectés…) sont extrêmement friandes, majoritairement contrôlé par la Chine.

 

Batiactu : Que reprochez-vous au modèle de la transition énergétique tel qu’il nous est présenté ?

 

Guillaume Pitron : Cette transition a été pensée de manière hors-sol. Avant même d’envisager les dimensions politique, économique et technologique de cette transition, il faut penser à ce qu’il y a au départ : de la matière. Où est-ce qu’on va la chercher ? A partir du moment où vous cherchez la réponse…

Lire la suite

/* ]]> */